En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation simplifiée et la réalisation de statistiques de visites. Politique de confidentialité en bas de page. En savoir plus.

Atlas national

Un Atlas national sur les tortues marines de France

Six des sept espèces de tortues marines (dont 2 en danger critique d’extinction sur la liste rouge) sont présentes sur le territoire national, ainsi que plusieurs sites reconnus d’importance internationale pour leur conservation (plages de ponte notamment, sites d’alimentation et de développement). Cette diversité spécifique et d’habitats confère à la France une responsabilité patrimoniale élevée, qui l’a conduite à ratifier les conventions concernant ces espèces, à prendre un arrêté spécifique de protection des espèces et de l’habitat (arrêté du 14 octobre 2005) et à initier trois plans nationaux de restauration (Guyane, Antilles, Océan Indien).

Depuis les travaux pionniers menés sur la plage des Hattes en Guyane française, de nombreuses structures : associations à but non lucratif, institutions scientifiques et gestionnaires de la faune sauvage, ont porté leurs efforts sur les tortues marines, et se sont attachées à surveiller, protéger, et acquérir de nouvelles connaissances sur ces espèces vulnérables. Une somme considérable de données a ainsi été collectée en plus de 45 ans, sur les populations de tortues marines fréquentant le territoire national, mais également sur leurs habitats.

Le Service du Patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle a décidé de les valoriser en les synthétisant dans un atlas national, à une échelle représentative de deux caractéristiques biologiques fondamentales des tortues marines : l’exploitation de deux milieux (terrestre et marin) et la mobilité. Dotées d’une capacité de déplacement et de facultés d’orientation étonnantes, les tortues marines peuvent en effet parcourir des milliers de kilomètres pour se disperser ou migrer entre les sites d’alimentation et de reproduction.

Tout au long de ce périple, les tortues marines risquent d’entrer en interaction avec les activités humaines. La France possédant le deuxième espace maritime au monde (3 % de la surface des mers et océans de la planète), la Zone Economique Exclusive et le littoral français sont le siège d’une activité socio-économique grandissante, qu’il est indispensable de concilier avec le maintien de ces espèces protégées.

L’atlas national sur les tortues marines constituera un outil précieux de synthèse et de connaissance sur la biologie et la répartition des tortues marines. Il permettra d’améliorer l’information des acteurs de la nature présents sur le territoire français, de favoriser leur dialogue, et d’aider les gestionnaires dans leurs prises de décisions.